crreationWeb

Mise à jour :

10 Décembre 2010

 

etoileMon Audace :

domina

 

Parce que chaque esclave est unique en son genre.

Esclave x

       J’ai avec chacun de Mes esclaves une relation particulière qui ne ressemble à aucune autre. Esclave x est un homme d’affaires possédant plusieurs entreprises, propriétés, voitures luxueuses, etc… Sa vie est généralement centrée sur le travail, la famille, le rendement, les obligations, le manque de temps… Bref, il connait un succès financier remarquable et outre sa générosité de cœur, sa plus belle qualité est certainement le fait qu’il aime servir et être aux Pieds des Femmes.

       J’aime le dépouiller de ses responsabilités. Chez Moi ce n’est pas comme ailleurs, c’est différent. Priorité à l’Érotisme et au Plaisir Féminin. L’obliger à savourer l’existence à Mes Pieds, l’entraîner à satisfaire Mes Désirs et le contraindre à réaliser Mes Fantasmes.

       D’abord le retrait de ses vêtements pour Mon Plaisir Visuel. Avec x, Je Me suis longtemps amusée de ses sous-vêtements « trop confortables » du genre boxer de coton rayé. Critiquant la couleur ou Me moquant des différents motifs imprimés, le ridiculisant davantage en ajoutant commentaires et appréciations.

« Approche x ! Fais-Moi voir ton sous-vêtement ! »

« Je te soupçonne de choisir les pires modèles exprès pour Me faire pouffer de rire…
C’est vraiment le genre de bobettes que tu portes ?! »

Me moquer ouvertement puis lui indiquer de se mettre à nu pour Mon plus Grand Plaisir.

L’Émancipation de Mon Plaisir…

       J’aime à l’occasion sortir avec x. Parfois Je lui demande de M’accompagner dans les bars de danseuses nues. Voyeuse et attirée par les Femmes, Je prends plaisir à les regarder s’exhiber habillées uniquement de talons hauts. Flirter avec certaines d’entre Elles d’un sourire invitant ou d’un clin d’œil entendu. Prendre un verre, écouter la musique et les regarder danser lascivement sur le rythme d’un blues sensuel et cochon. En certaines occasions il M’arrive d’inviter dans un isoloir une Demoiselle qui Me plait particulièrement. J’ordonne alors gentiment à x de Nous suivre.

       Une fois en privé Je prends un malin plaisir à inviter la Belle à s’asseoir plutôt qu’à se donner en spectacle, lui expliquant la situation et le contexte : x étant un fervent amoureux des Pieds Féminins, esclave obéissant destiné et entraîné à satisfaire sa Maitresse et les Femmes en général. Je poursuis en lui disant que ce soir J’ai envie de faire tranquillement connaissance avec Elle pendant que l’esclave lui prodiguera un délicieux massage de Pieds, l’invitant à se détendre et à apprécier. Elle devient rapidement Ma Complice et Nous passons un très joyeux moment.

Pour faire durer Mon Plaisir

       Un jour c’est chez lui que l’esclave x M’a reçue. Flattée par la marque de confiance que cela représente, J’ai bien sûr voulu visiter sa demeure… Me permettant de faire le tour de la propriété,  déambulant dans chacune des pièces de la maison, scrutant les moindres détails, la luxure du mobilier, les photos sur les murs, M’immisçant de plus en plus dans son intimité… et l’obligeant à M’indiquer la direction de la chambre à coucher.

       Lui ordonner de choisir dans la garde-robe un déshabillé appartenant à son Épouse et à le revêtir pour Moi. Accoudé face au miroir de la commode, le faire se cambrer et le prendre là, dans son espace le plus intime… l’enculer juste à côté du lit conjugal ! Un vrai régal !! J’en garde un souvenir mémorable !!

 

Délices et caprices érotiques

       Si J’aime le taquiner gentiment sur ses sous-vêtements qui manquent d’originalité, J'aime aussi le titiller sur des points plus sensibles. Un jour alors qu’il M’offrait un porte-monnaie de marque en guise de cadeau, Je M’amuse à le provoquer : « Tu M’offres un porte-monnaie avec rien dedans ?! Complètement vide ??! Tu espères peut-être que Je te félicite pour ta générosité ?!! » Il Me regarde avec un sourire dans les yeux qui en dit long.

       Lorsqu’il Me téléphone Je lui réponds d’un « Holà » bien placé en guise de réponse. Doux rappel de ses multiples demandes de voyage (depuis plusieurs années qu’il Me propose, Me supplie de lui permettre de réaliser le rêve qu’il caresse de m’emmener en voyage avec lui « toutes dépenses payées »)… Désinvolte, Je lui réponds qu’il n’en a pas les moyens. Étant donné sa situation financière très prospère, il peut se payer tout ce qu’il veut SAUF Moi ! Mon Sourire Aguicheur et la Brillance de Mon Regard suffisent pour le faire inévitablement plier des genoux… Et J’adore l’exaspérer !

       Je ne manque d’ailleurs pas une occasion de lui rappeler qu’il est le seul « millionnaire » que Je connaisse à se pointer chez Moi en Mercedez et à tomber en panne d’essence. (Anecdote incroyable mais véritable!) Il réagit aussitôt en précisant qu’il n'est pas millionnaire. Ce à quoi Je réponds Ma Grande Déception « Moi qui étais toute excitée à l’idée d’enfiler un richissime millionnaire ! Tu Me fais débander complètement !! » Et Je rigole de plus belle.

       Je M’amuse de lui et Me moque des conventions, en lui faisant la démonstration que le Plaisir est une expérience enrichissante. Il en redemande toujours.

 

                      Affectueusement,

    MA

  **************************************************  

Soumise y :

Appel d’excuses d’une salope repentante.

       Assaillie de remords et de regrets, repentante, elle essaie de composer un message pour s’excuser. Elle cherche les mots, compose maladroitement un court texte :  « Bonjour Maitresse, je tenais à m’excuser pour hier, je suis désolée que la soirée se soit terminée d’une telle façon. Je m’excuse Maitresse, je Vous demande pardon Maitresse, j’ai peur de Vous avoir déçue, Vous avez raison Maitresse je ne suis qu’une salope. Je suis là à implorer Votre Pardon et j’en mouille. »

       elle jouit plusieurs fois à composer ce texte, à le réciter à haute voix pour trouver les intonations à utiliser lorsqu’elle sera en ligne avec Mon Répondeur. (Sans compter toutes les fois où elle a joui à se remémorer la veille, à ressentir la sensibilité de ses seins et à se souvenir du goût du Champagne qui se déversait dans sa bouche). Ce n’est qu’après s’être passablement masturbée qu’elle se décide à téléphoner, prenant de grandes inspirations comme pour chercher des particules de courage dans l’oxygène qu’elle respire… La Voix Enregistrée de Maitresse se fait entendre... et elle fond littéralement, à en oublier totalement le texte qu’elle venait d’écrire. elle n’arrive finalement qu’à bredouiller un faible « je m’excuse Maitresse » puis s’empresse de raccrocher… et elle recommence à se masturber de plus belle.

 

Convoquée au Donjon

 

    Ma Voix au bout du fils la rend instantanément joyeuse et souriante : « Bonjour Maitresse! »

La Mienne plus posée :« Convoquée au donjon »

incertaine d’avoir bien compris elle questionne « Quand ça Maitresse? »

Et Je lui réponds : « Le plus tôt sera le mieux. »

Aucune menace dans Ma Voix, aucune colère…

Je poursuis en disant « tu dois quitter à 16h30, alors ne perds pas de temps ! »

L’empressement et l’urgence. elle prend la route direction : pays de son obsession !

       Sa fébrilité est grande. La soumise est pressée d’arriver à destination... si bien qu’elle se trouve à braver les limites de vitesse pour gagner du temps. heureuse et soulagée de l’appel de Maitresse, (elle craignait que Je ne le fasse plus suite aux évènements de la dernière rencontre) et cet instant lui a permis de prendre conscience de sa dépendante forfuite et imprévue, de ce besoin à la fois si nouveau et pourtant si vital… du bonheur qu’elle vit à être soumise à Maitresse Angélie… Cette réflexion la fait vibrer.

       Arrivée au donjon, elle frappe timidement à la porte et entre. Le ruissellement de l’eau qui coule dans la douche lui apprend que Je suis Nue. Spontanément elle serait portée à s’introduire dans la pièce et à m’observer discrètement… mais elle sait pertinemment qu’il serait inopportun d’agir de la sorte, alors elle s’abstient. elle demeure plantée sur le seuil de la porte, n’osant s’avancer, n’osant pas même déposer ses clefs sur la table à proximité.

       Quand elle Me voit apparaitre les cheveux trempés et l’eau qui perle sur Mes Délicates Épaules, elle ne peut s’empêcher de Me regarder, de Me contempler, de M'admirer…

Ma voix la ramène de sa rêverie: « Je t’ai dit de te déshabiller ! »

Complètement nue, elle s’agenouille et baisse les yeux. D’une Main ferme Je la prend par le cou et la dirige dans un coin de la pièce « A genoux ici et reste droite ! » elle s’efforce de garder la position sans bouger, et Je la laisse poireauter de cette façon pendant un moment. immobile, elle fixe le plancher.

 

Punition : Une fessée mémorable.

 

       Ordre de se relever tête baissée. Je lui passe les menottes et l’entraine avec Moi. elle est parfaitement insouciante, bien loin de se douter de ce qui l’attend. « Sur la pointe des pieds ! » elle obéit. Je fixe ses poignets à une poutre. La prenant par les hanches et la tirant derrière de façon à bien offrir son cul.

« Tu seras punie pour deux raisons : d’abord parce que tu n’as pas su Me satisfaire lors de la dernière rencontre et que tu M’as décue; puis parce que Je t’avais dit en quittant que JE te rappellerais ! "

Ce qu’elle peut être naïve ! Jamais avant que Je ne lui en fasse part, elle n’avait eu l’idée que Je puisse lui en vouloir pour cet écart de conduite… jamais l’idée ne lui avait même traversé l’esprit ! « je m’excuse Maitresse! »

Est-ce la position dans laquelle est se trouve qui l’excite à ce point ? Est-ce Ma Main qui caresse son cul pour le préparer à se faire rougir ? Est-ce la teneur de Mes Propos qui fait son sexe s’humidifier de cette façon ? Questions qui demeurent sans réponses au moment où s’abat le premier coup de fouet sur ses fesses. elle s’efforce de rester calme et impassible tandis que Je frappe son cul, y allant tantôt de petits coups secs et tantôt de coups plus durs, plus vifs… les coups se succèdent, les lanières de cuir pincent ses fesses… Comment se fait-il qu’elle mouille autant dans un pareil moment ?! elle en veut à son corps qui s’offre et qui quémande… trahie par sa propre chair. Je lui reproche de n’avoir pas su Me servir comme elle le devait et force lui est d’avouer que J’ai raison. Je critique son initiative de Me laisser un message d’excuses alors que Je lui avais clairement précisé que J’allais la rappeler et encore une fois elle doit admettre qu’elle a eu tord… elle accuse les coups, muette, immobile… et la chatte suintante…

        Je lui permets ensuite de s’asseoir à Mes Pieds, elle me remercie n’osant pas Me regarder…

« Profite des quelques minutes qui te sont allouées, Je n’ai pas terminé avec ton cul ! »

Son mutisme témoigne de son embarras… mais devoir payer pour ses fautes a quelque chose de rassurant, de réconfortant… en étant punie pour ses erreurs, sa culpabilité se dissipe peu à peu… elle découvre une deuxième facette positive à la punition( la première étant l’excitation qu’elle lui procure il va s’en dire), le soulagement que procure la rédemption de ses fautes.

      Je lui ordonne de se mettre à quatre pattes parallèlement au fauteuil sur lequel Je prends place. elle n’ose pas imaginer la vision que J’ai d’elle à cet instant. Elle se sent abjecte et méprisable… elle a honte... Je demeure silencieuse un moment, lui permettant de savourer pleinement.

« Je t’ai dit que Je n’avais pas encore terminé avec ton cul. » Je lui intime donc de se placer à plat ventre sur Mes Cuisses, et Je claque ses fesses, lui rappelant que Je la punis pour M’assurrer qu’à l’avenir elle saura bien prendre soin de Moi… puis Je caresse ses fesses avec la cane pour la préparer, la rigidité de la cane est douloureuse et effectivement, les lamentations sont nombreuses... les coups pleuvent et sa chatte pleure à chaudes larmes… Je la fouille « encore prête à jouir salope ?! » Comment se fait-il qu’elle ait encore envie de jouir ? d’où lui vient cet insatiabilité ? « Oui Maitresse, est-ce que Votre salope peut jouir svp Maitresse? » J’active Mes Doigts plus violemment en acquiessant, et elle jouit ... « Merci Maitresse !! »

       Assise au sol face à Moi, je M’amuse à faire glisser le bout de la cane sur sa peau, sur sa jambe, près de son sexe, Je remonte jusqu’aux seins où Je M’attarde… Puis Je recommence à la sermoner  : « tu n’as pas su bien Me servir et tu M’as décue… "

Debout devant elle et Je caresse Ma Chatte.

« Baisse les yeux ! »

M’entendre Me caresser sans pouvoir regarder… sa bouche et sa chatte salivent… elle en bave vraiment lorsqu'elle M’entend jouir… la sensation d’avoir été amputée d’un Grand Plaisir, d’avoir été privée de ce qu’elle espérait. Plus dur que les coups sur son cul, plus douloureux encore… plus humiliant !

« Ca t’apprendra ! »

...et elle apprend par la même occasion que Je sais lui faire regretter de ne pas être à la hauteur de Mes Attentes… de n’avoir pas su être obéissante à Mes Directives.

       « Habille-toi c’est l’heure de partir ! »

elle enfile ses vêtements restés sur le seuil de la porte et demeure plantée là, debout, mal à l’aise de quitter aussi sèchement. «Merci Maitresse» Pour toute réponse Ma Formule Magique :

« JE te rappelle ! »

L’insistance que Je mets à prononcer le JE lui rappelle qu’elle doit être attentive à ce que JE dis et surtout ne pas enfeindre Mes Ordres.

elle baisse les yeux et quitte… elle retourne vers sa voiture la tête baissée et la fierté ébranlée.

A+

MA

  **************************************************  

creationWeb MA